| Retour à la liste des fables |

Philosophe Scythe (Le)

(Recueil 3, Livre 12, Fable 20)

 

 

Un philosophe austère, et né dans la Scythie,

Se proposant de suivre une plus douce vie,

Voyagea chez les Grecs, et vit en certains lieux

Un sage assez semblable au vieillard de Virgile,

Homme égalant les rois, homme approchant des dieux,

Et, comme ces derniers, satisfait et tranquille.

Son bonheur consistait aux beautés d'un jardin.

Le Scythe l'y trouva, qui la serpe à la main,

De ses arbres à fruits retranchait l'inutile,

Ebranchait, émondait, ôtait ceci, cela,

Corrigeant partout la nature,

Excessive à payer ses soins avec usure.

Le Scythe alors lui demanda

Pourquoi cette ruine. Etait-il d'homme sage

De mutiler ainsi ces pauvres habitants ?

"Quitter moi votre serpe, instrument de dommage ;

Laissez agir la faux du temps :

Ils iront assez tôt border le noir rivage.

- J'ôte le superflu, dit l'autre, et, l'abattant,

Le reste en profite d'autant."

Le Scythe, retourné dans sa triste demeure,

Prend la serpe à son tour, coupe et taille à toute heure ;

Conseille à ses voisins, prescrit à ses amis

Un universel abatis.

Il ôte de chez lui les branches les plus belles,

Il tronque son verger contre toute raison,

Sans observer temps ni saison,

Lunes ni vieilles ni nouvelles.

Tout languit et tout meurt. Ce Scythe exprime bien

Un indiscret stoïcien.

Celui-ci retranche de l'âme

Désirs et passions, le bon et la mauvais,

Jusqu'aux plus innocents souhaits.

Contre de telles gens, quant à moi, je réclame.

Ils ôtent à nos cœurs le principal ressort :

Ils font cesser de vivre avant que l'on soit mort.

 

JEAN DE LA FONTAINE 

Livre 12, fable 20

 
 

 

 

© avril 2007 - Mentions légales - Maître d'œuvre Formalog.info - Réalisation webservice02 - D. Forest -