| Retour à la liste des fables |

Loup plaidant contre le Renard par devant le Singe (Le)

(Recueil 1, Livre 2, Fable 3)

 

 

 

Un Loup disait que l'on l'avait volé :

Un Renard, son voisin, d'assez mauvaise vie,

Pour ce prétendu vol par lui fut appelé.

Devant le Singe il fut plaidé,

Non point par Avocats, mais par chaque Partie.

Thémis n'avait point travaillé,

De mémoire de Singe, à fait plus embrouillé.

Le Magistrat suait en son lit de Justice.

Après qu'on eut bien contesté,

Répliqué, crié, tempêté,

Le Juge, instruit de leur malice,

Leur dit : "Je vous connais de longtemps, mes amis,

Et tous deux vous paierez l'amende ;

Car toi, Loup, tu te plains, quoiqu'on ne t'ait rien pris ;

Et toi, Renard, as pris ce que l'on te demande. "

Le juge prétendait qu'à tort et à travers

On ne saurait manquer, condamnant un pervers.

Quelques personnes de bon sens ont cru que

l'impossibilité et la contradiction qui est dans le

Jugement de ce Singe était une chose à censurer ; mais je

ne m'en suis servi qu'après

Phédre ; et c'est en cela que consiste le bon mot, selon

mon avis.

Jean de La Fontaine 

Livre 2, fable 3

 

 

© avril 2007 - Mentions légales - Maître d'œuvre Formalog.info - Réalisation webservice02 - D. Forest -