| Actualités | Accueil |

SPECTACLE LE POUVOIR DES FABLES

Du 01/12/2012 au 02/12/2012

Spectacle en avant première au musée Jean de La Fontaine, le 1er décembre à 18h30

Entrée libre
samedi 1er décembre, 18h30
Sur réservation, nombre de places limitées
T 03.23.69.05.60

Nous vous invitons à partager "l'humeur papillonne" d'un programme de fables et de musique. Promenade dans l'univers de La Fontaine, plaisir des histoires, toute sorte d'histoires, de bergers, de loups, de romains, de commères, de belettes...
Plaisir du beau parler, de l'esprit, de la poésie.

Crée à l'initiative du festival "Les Contre Plongées de Clermont Ferrand, c'est avec joie que nous reprenons aujourd'hui "Le Pouvoir Des Fables".

La Fontaine parle de lui même,  il en parle à tout propos;  c'est chaque fois pour signaler la diversité de sa nature et de ses goûts, son amour du changement, de la nouveauté, son "inquiétude", son impossibilité de se fixer: " Je suis papillon du Parnasse".

Pas plus que le loup de sa fable, il ne veut être attaché.

Tour à tour, il s'est essayé au poème, l'ode, l'élégie, l'épitre, le discours, la satire, la comédie, le conte, la tragédie. Aucune de ses tentatives n'aura été inutile. S'il ne s'était exercé dans les genres les plus divers, eût-il pu faire d'un recueil d'apologues un abrégé de la poésie universelle?

Tout se trouve dans son livre; Les deux pigeons sont une merveilleuse élégie, Tircis et Amarante une églogue, La Fille un conte narquois, La Mort Et Le Mourant une méditation morale, Les Souris Et Le Chat Huant une observation de naturaliste, Le Paysan Du Danube une fresque d'histoire en même temps qu'un magistral plaidoyer contre tout colonialisme. Et la diversité n'est pas seulement entre les fables, mais aussi en chacune d'elles. Les Animaux Malades De La Peste s'ouvrent avec la majesté terrible d'une tragédie antique et quelques vers plus loin reviennent  à la comédie humaine. Il n'est pas d'écrivain, sauf peut être Marcel Proust, qui sache aussi bien que La Fontaine rendre l'accent d'un personnage.

"Je fais parler le loup et répondre l'agneau". C'est cette diversité là qu'il nous faut rendre dans notre dire et dans notre choix, cette habileté à changer de style avec désinvolture et naturel. Et aussi la gaieté…

La Fontaine écrira  dans sa préface de 1668: "L'apologue est composé de deux parties dont on peut appeler l'une le corps, l'autre l'âme. Le corps est la fable, l'âme la moralité." Définition tout à fait orthodoxe, mais chez lui c'est le récit qui s'anime, qui prend les couleurs et le mouvement de la vie. Il a voulu "l'égayer" dit-il modestement; et il ajoute: "Je n'appelle pas gaieté ce qui excite le rire, mais un certain charme, un air agréable qu'on peut donner à toutes sortes de sujets, même les plus sérieux."

C'est par la magie de cette gaieté indéfinissable que le plat apologue ésopique va devenir un chef d'œuvre de poésie.

Gabriel Le Doze

 

© avril 2007 - Mentions légales - Maître d'œuvre Formalog.info - Réalisation webservice02 - D. Forest -